Une nouvelle fois, les faucheurs volontaires à côté de la plaque

OGM

Ce samedi, la presse locale relayait l’« inspection citoyenne » qu’une vingtaine de militants environnementaux ont menée dans une jardinerie située sur la zone commerciale Cap Sud à Saint-Maur (37).

Les militants radicaux, entraînés par Agnès Renauldon, ont voulu dénoncer les OGM qui seraient cachés parmi les semences destinées aux jardiniers amateurs. Mais la lecture de la presse ne peut mener qu’à ce constat : ils étaient bien incapables de désigner précisément une variété de soi-disant OGM cachés.

L’incompétence des faucheurs est manifeste. En accusant la mutagénèse et toute mutation dans les variétés, ce groupuscule de manifestants condamne de ce fait tous les produits biologiques : choux Romanesco, choux Brocoli ou encore… carottes.

La logique voudrait qu’ils organisent un grand autodafé destiné à brûler au plus vite toutes les pochettes de semences des rayons.

 

Pour aller plus loin :

Dijon : 2 nouvelles parcelles détruites par les Faucheurs Volontaires !

Mutagénèse - de nouvelles parcelles détruites par les FV

Des écologistes radicaux saccagent un champ en Côte d’Or ce matin

faucheurs

On apprend que les faucheurs volontaires ont détruit ce matin des essais de désherbage en Côte d’Or dans la commune de Messigny. Encore un saccage incompréhensible !!
Ces essais réalisés par un paysan avec la coopérative locale Dijon céréales vise à développer une agriculture respectueuse de l’environnement avec l’agronomie au cœur des principes d’action (semis directs, cultures associées).
Les faucheurs montrent qu’ils ne connaissance absolument rien des pratiques agricoles et agronomiques. C’est surtout leur aveuglement idéologique qu’ils révèlent.
Toutes les techniques mises en œuvre par le paysan victime et la coopérative sont homologuées et autorisées.
Le groupuscule écologiste avait déjà détruit deux parcelles en Côte d’Or le 28 novembre dernier.
Il est donc urgent que les pouvoirs publics condamnent ces actes de vandalisme d’autant plus que les faucheurs annoncent vouloir poursuivre leurs actions de « désobéissance civile ». Désobéissance civile ? Il s’agit en réalité de destruction du bien d’autrui et de saccage aveugle. Rappelons que les faucheurs ont déjà été condamnés par les plus hautes autorités de Justice de notre pays.

En mai 2016, la Cour de Cassation a définitivement infligé une peine de 3 mois de prison avec sursis et 11000 euros de dommage et intérêts pour avoir rasé nos champs à l’été 2010.

Lu dans La France Agricole

 

fa

N° du 16 décembre 2016

Saccage de deux essais en Côté d’Or : les faucheurs s’en prennent à des paysans

On apprend que les faucheurs volontaires ont saccagé lundi dernier deux plate-forme d’essais de colza en Côté d’Or près de Dijon.

Ce groupuscule déclinant continue à montrer son vrai visage. Le commando écologiste s’en est pris au travail de deux paysans. Quand donc cessera le saccage de nos champs ? Ces ultras écologistes n’ont strictement aucun respect pour le travail d’autrui. Ils se sont introduits à l’insu de tous, de nuit pour saccager et détruire.
Dans la matinée, ces mêmes délinquants sont venus occuper le siège social de la coopérative agricole Dijon Céréales et déverser des plants de colza.
Ils parlent de « désobéissance civile ». Il s’agit en fait d’un acte de vandalisme.
Ils montrent au passage toute leur incompétence : ils veulent dénoncer les OGM qui seraient cachés en France. Ils oublient qu’il n’y a aucun OGM cultivé dans notre pays et que les techniques de mutagénèse qu’ils dénoncent sont largement utilisés par l’agriculture bio. Les produits alimentaires bio que les faucheurs achètent sont issus de la mutagénèse. Rappelons que les faucheurs ont été condamnés pour avoir détruit nos champs de tournesol en Indre en 2010. La Cour d’Appel puis la Cour de Cassation avaient durci les peines contre les faucheurs (voir ici).

La parapluie et le droit

Le Conseil d’Etat a donc décidé de poser un certain nombre de questions à la Cour Européenne de justice sur les plantes issues de la mutagénèse.

La France Agricole relate l’affaire (voir ici

L’avis du Conseil d’Etat (voir ici)

A la lecture de la décision, je dois vous avouer que si le style juridique n’est pas trop notre truc, nous avons été attiré par le point 19 sur l’application du principe de précaution. L
Un paragraphe ahurissant. Nous traduisons pour rendre le topo plus compréhensif : en cas d’absence d’études scientifiques, de données et si la probabilité persiste, il faut mettre en place des mesures restrictives. Avec une telle vision, on peut tous interdire ! « On ne sait pas, on ne sait jamais, donc il faut interdire ». Le bons sens serait peut être qu’avant de procéder à une interdiction, il faut suivre, voir et évaluer. Bref le principe de prévoyance. Pour nos colzas et tournesols issus de la mutagénèse, ça s’appelle un plan d’accompagnement. Exactement, ce que le monde agricole a mis en place !
En attendant, cela ne ous empêche pas d’utiliser des semences VTH puisqu’elles sont autorisées.

19. …………il découle du principe de précaution consacré par les stipulations précitées que, lorsque des incertitudes subsistent sur l’existence ou la portée de risques, des mesures de protection peuvent être prises sans attendre que la réalité et la gravité de ces risques soient pleinement démontrées.
Une application correcte de ce principe présuppose l’identification des conséquences potentiellement négatives d’un produit et une évaluation complète du risque fondée sur les données scientifiques les plus fiables et les résultats les plus récents de la recherche internationale.
Lorsqu’il s’avère impossible de déterminer avec certitude l’existence ou la portée du risque allégué en raison de la nature insuffisante, non concluante ou imprécise des résultats des études menées, mais que la probabilité d’un dommage réel persiste dans l’hypothèse où le risque se réaliserait, le principe de précaution justifie l’adoption de mesures restrictives.

Ils saccagent des champs : injustifiable !

Suite à la destruction d’une parcelle de tournesol semence dans les Pyrénées Orientales, le journal agricole du département (L’agri du 1er septembre 2016) a publié un article avec notamment l’interview des deux faucheurs. Il s’agit de récidivistes.

Ils expliquent benoitement l’action comme si cela était normal. L’agriculteur victime ? On s’en fout…

Imagine-t-on des délinquants ayant agressé des policiers pavaner dans les journaux ?

article

Les agriculteurs sans cesse pointés du doigt

Je vous recommande lire cette édito signe par J.P. Pelras à propos d’un saccage de tournesol dans les Pyrénées orientale cet été. 

ll faut rester droit dans ses bottes

Independant photoDe nouveau les activistes ont détruit 3 ha de tournesol en production de semences dans les Pyrénées orientales. Le journal l’indépendant (voir ci-dessous) a pu rencontrer l’agriculteur victime des vandales. Ce dernier ne souhaite pas que son nom soit rendu public. On peut le comprendre du fait du contexte local et du mode d’action des vandales qui sont des délinquants. Bien évidemment en profitant de la nuit, ils ont détruit toute la production mais surtout n’hésitent pas à faire de nouvelles menaces. Une plainte a été déposée mais malheureusement il ne faut pas s’attendre à des miracles. Notre collègue Michel Gasson a connu la même mésaventure en 2010. Le site privilégié de ces délinquants, « Inf ‘Ogm » avait relayé les délires de leurs revendications. La gendarmerie avait demandé aux rédacteurs de donner la source. A l’époque ce site de propagande s’était drapé derrière la protection de sources des journalistes.
En 2016 la propagande a de nouveau fonctionné sur les réseaux sociaux et le site info Ogm. J’ose dire que face à ces excités, il ne faut pas se laisser intimider et être droit dans les bottes.

Lire l’article de L’Indépendant du 25 août 2016

Lettre d’un agriculteur à un leader des faucheurs volontaires